Archives de Tag: avis consommateur

J’ai joué à la marelle avec DD

J’avais presque terminé mes courses, le rayon des boissons est le dernier – assez bêtement, j’en conviens, car il est nécessaire, à ce moment, de réorganiser le caddy afin de ne pas écraser les tomates avec les packs de 1,5L de jus de fruits -.

Je cherchais le coca cola saveur vanille que mon fils aîné tient absolument à goûter – ce dernier augurant qu’il serait meilleur que l’original mais je suis bien sûre qu’il s’agit là de considérations d’ado attiré par la nouveauté, tel un moustique se jetant sur les phares de ma mondéo par une belle nuit d’été.
Je voulais lui prouver que, dans tous les cas, l’original est irremplaçable et bien meilleur. Cette petite leçon m’aurait été utile pour lui seriner à nouveau les recommandations matriarcales : Cesse de te conduire en moustique mon fils ou tu finiras par t’écraser lamentablement, ébloui par la première « jolie » lumière qui brillera dans ta vie….

Mais dans le rayon, point de coca cola saveur vanille.
J’allais filer, dépitée, vers les caisses, lorsque mon regard fût accroché par quelques canettes fort belles, d’une boisson au nom proportionnellement étrange à la beauté du package : DARK DOG.
Il n’en fallait pas moins à l’intrépide acheteuse que je suis pour embarquer, illico, deux canettes du fameux breuvage. Tel le moustique venant s’écrabouiller dans mes phares, je venais de succomber à la tentation du « joli – nouveau – pourquoi pas ? – essayons – et puis merde… »

J’ai VU, j’ai GOÛTÉ la boisson des champions, j’ai NOMMÉ «DARK DOG » Energy.

J’ai VU

Une canette lookée : Petit diamètre : 5cm, Hauteur : 13.5cm. Toute jaune, en haut, en rouge et faisant tout le tour de la canette, la variété du produit : ENERGY, en position centrale, le fameux Dark Dog, illustration d’un clebs agressif, en colère dirait on, en peinture dégoulinante (formant les pattes ?), et en bas, toujours contournant la canette dans sa totalité DARK DOG en lettres noires…

Il existe 3 autres variétés de DARK DOG : « original », « citron » et « orange ».

Cette boisson est autrichienne et distribué par Karlsbräu France, me voilà bien avancée.

Cette canette est vraiment jolie, originale…la canette Despé fait figure de vieux croûton à côté de celle là ! (Séquence Pub : voir mon avis Despé…)

Avant de goûter, mon regard s’attarde sur la composition, DARK DOG, c’est pas un nom de boisson ça ! Accrochez- vous :

Eau gazéifiée
Extraits de Guarana (fruits des Guaranas, cultivés en Amazonie et contenant de la caféine).
Dextrose – arômes – citrate de sodium
Caféine : 15mg pour 100 ml, soit 37.5mg pour une canette.
Sucre acidifiant (E330)
Sucre caramélisé
Colorant (E150d)
5 vitamines

Hummm, ça sent gravement le chimique ce truc… peur de rien, j’ouvre…

J’ai GOÛTÉ

…. la canette, je sens et là… je me revois petite fille jouant à la marelle et à la corde à sauter ! Ça sent le MALABAR !

Aïe, me dis-je, l’association d’idées se fait vite… malabar, chimique…

Je goûte…

Les sensations : ça fait comme les « pezz » ou l’aspirine effervescente, un feu d’artifices dans le palais.
Le goût : DD me fait penser au SanPellegrino, à de la grenadine gazéifiée, à un malabar liquide piquant… un goût original parce que complètement nouveau !
Trop sucrée, cette boisson ne me désaltère pas du tout.

Avec mon fils, nous voulons voir sa couleur et vidons le reste de la canette dans un verre : Surprise !! DARK DOG Energy à la couleur d’une bière blonde et elle mousse !!

Sur le goût mon impression finale est assez négative – en gros, je dirais : aspirine effervescente goût framboise, vitaminée et caféinée… Archi chimique.

**Bonus ** Le guarana aurait des vertus relaxantes pour les muscles et diurétiques… cette boisson sent le médoc au malabar, prenons la telle que…

Finalement, mon fils est super content… il aime la canette et son contenu, c’est fun. De plus, DARK DOG sponsorise les courses de bécanes.

Perso, ça fera un pot à crayon potable…

Tchesssss préfère la Despé


Le houblon subversif… Despérados quand tu me tiens

DESPERADOS (Petit Larousse 2000) : (mot anglo-amér., de l’esp. Desespérado, désespéré).
Personne qui vit en marge des lois et qui est prête à s’engager dans des entreprises violentes et désespérées.

Pour écrire ce p’tit papier, j’ai, au préalablement, erré sur les sites des « biérophiles ».

Accompagnée de « I don’t think’I Gonna Figure » j’ai cherché les Despérados et me suis retrouvée dans les Rocheuses après avoir traversé le Canada et ses broue-pubs – ils brassent et vendent leurs propres bières-.

L’origine de la Despé je n’ai point trouvée !
On dirait même, dans le milieu des biérophiles, que ce n’est pas une bière…. mais chut, on fera comme si…

C’est parti, sur fond de « School Days »

Jolie blonde, parfumée au citron et aromatisée à la Téquila, elle voit le jour il y à un peu plus de 10 ans, dans les brasseries Fischer.

Avec un 5.9° d’alcool, la toute jeune blonde est tout de même une des plus costauds !
Egale à la Kingston, légèrement inférieure à la Fischer (6°), mais restant assez loin de l’Adelscott qui nous met sa claque avec son 6.6°.

En user, ne pas en abuser… après une 33cl de Despé j’imagine que le ballon vire au positif.

Keny m’a rattrapée, l’attitude Despé se veut, être un esprit libre, nageant à contre courant et refusant les certitudes !
L’attitude Despé c’est « Très Despé, très frappé ».

Allez, j’en ouvre une, si on changeait la zic ?

Linkin Park balance ses terribles fonds de grattes et pchhhhhhhhhh…..

Ça sent le citron et la bière, tout va bien.
Vite, dans un grand verre, j’ai envie de vous raconter la texture de la mousse.

Cette bière est dorée, c’est plus que blonde ça !

Mousse très légère, très aérée, qui ne stagne pas, disparaît vite … Arghhhhhhh, je ne peux même pas la goûter !!!

Dans le palais j’ai maintenant ce goût de céréales, de citron et un chouïa de téquila.
Très désaltérante, un peu sucrée, douce et parfumée.

Elle est très fraîche, je pense qu’elle ne serait pas bonne si elle était tiède.
Elle me chatouille le palais, de petits pétillements s’amusent en ricochet, dans le gosier, whoaw, ça fait du bien…

Concentrons-nous sur la canette.
Elle me plaît moyennement.

DESPERADOS, le logo rouge sur fond blanc, une police cow-boy, comme dans les films l’indication du Ranch au dessus de la porte à deux battants, dans laquelle s’engouffrent les durs, éperons calés derrière les bottes crottées, la westminster sur l’épaule.

La 50 cl ne rentrait pas entièrement dans mon verre, je le remplis à nouveau. Cette fois je me précipite pour goûter la mousse… un goût dominant, le citron !

Je reviens à la canette, bleue, rouge, orange, jaune, vert et alu… curieusement nous avons là toutes les couleurs de l’Ethiopie…..

Allez dico ! Je vais voir ça de plus près, bof l’Île Maurice… ahhhhhh la Bolivie, on s’approche, un petit peu de Brésil, une pointe de Mexique, bon, on va dire qu’ils ont fait une petite combinaison sud américaine pour la canette !

Ça y est, je sens aussi la téquila et sa sournoise intrusion, je commence à avoir chaud (je sais, m’en faut pas beaucoup).

Maintenant je vais m’envoyer Georges !! – en décodé je vais écouter Prohom –

Après plusieurs gorgées… une certaine âpreté, pas désagréable.
Le citron donne et laisse une sensation de fraîcheur.

La téquilla, quant à elle, est bien là !

J’ai aimé vous parler de la Despé, parce qu’en plus c’est pas mauvais une Despé, un dimanche après midi, que l’envie de musique vous titille et que vous avez soif !

Georges et moi vous saluons, je vais me coucher…


Kellogs Corn Flakes **La petite histoire**

Il Y A BIEN LONGTEMPS ET TRES LOIN D’ICI …

A l’origine du maïs – Son ancêtre serait une plante sauvage appelée Téosinte Balsas et selon l’évaluation de vestiges sur les hauts plateaux du Mexique, les scientifiques estiment son âge à 5000 ans avant JC.
Domestiqué par les Indiens (Aztèques, Mayas et Incas), le maïs symbolisait la vie et la résurrection.
Le terme « Mahiz » signifie « mère des céréales » et cette plante était vénérée.

Et qui nous la ramenée sur son beau bateau ?….

VINRENT ENSUITE LES KELLOG’S BROTHERS

Repartons en Amérique au 19e siècle.

En 1875, à Battle (Etat du Michigan), le Dr John Kellogg travaille au « Western Health Reform Institute », un sanatorium se targuant de guérir ses malades avec le soleil, l’eau et les céréales.
En 1880, son frère Will Keith Kellog, prend la gérance du Westen Health Reform Institute.

Recherchant une nourriture saine pour leurs patients, les deux frères développent de nouveaux produits, muëslis, beurre de cacahuète… C’est en 1894, au cours d’une de leurs expériences pour remplacer le pain dur et fade servi dans le sana, qu’ayant oublié du blé cuit durant toute une nuit, ils eurent l’idée de le passer entre des rouleaux et les flocons obtenus, après séchage thermique, avaient un goût léger et croustillant.
On les appelait alors « Granose Flakes »… regardez cette boîte, elle est carrément belle !

En 1906, Will a bien compris le truc, il a appliqué la méthode au maïs et fonde une société commerciale BATTLE CREEK TOASTED CORN FLAKES COMPANY.

Un essor prodigieux, Bill doit être vert… en UNE année, 300 collaborateurs fabriquent déjà 4 000 boîtes par jour !

La société est obligée de diffuser des séries d’annonces pour ralentir la consommation,

« For thirty days, please stop eating, Toasted Corn Flakes » !

En 1909, le CA dépasse le million de dollars et la production journalière s’élève à 120 000 paquets.

C’est en 1922 que la BATTLE CREEK TOASTED CORN FLAKES COMPANY change de raison sociale et prend le nom de KELLOG COMPANY ;

La suite on la connaît, essor mondial et voilà le petit pétale de maïs dans nos bols !

PETALE DE MAÏS ?

Les Corn Flakes sont fabriqués à partir de l’amande du maïs et deux méthodes sont utilisées pour la transformée en un délicieux pétale croustillant et doré.

La méthode traditionnelle par laminage consiste en une cuisson vapeur des amandes avec de l’eau, du malt et du sucre.
Après séchage, les amandes sont aplaties entre deux rouleaux cylindriques et les flocons obtenus sont ensuite toastés au four puis enrobés de sucre.
Cette méthode garantie une meilleure qualité.

Avec la méthode par cuisson-extrusion, ce sont des semoules de maïs qui, après incorporation d’eau, passent dans un extrudeur afin d’agglomérer et de cuire le mélange.
A la sortie de l’extrudeur, le mix est floconné (passé entre deux rouleaux), grillé et sucré.
On imagine bien la différence…

CHEZ L’EPICIER :

C’est la boîte Blanche avec le coq, le Corn Flakes Original de Kellogs !
375 g – 1, 71 €.

DANS MON BOL …

Le traditionnel Corn Flakes au petit déj’, c’est lait chaud ou lait froid et du sucre.

Ensuite, tout est permis… chocolat en poudre, yaourt, fruits frais et fruits secs, sirop d’érable…

Ça croustille, c’est sucré et c’est bon…

ILS N’EN VEULENT PLUS ?

Les enfants se sont jetés sur les Chocapic, moi je finis mon muësli, mais j’en fais quoi des petits pétales croustillants qui attendent au fond de la boîte ?

Une recette originale rien que pour vous – Pain de viande aux Corn Flakes.

Ingrédients : 3 tasses de Corn Flakes broyés – 1 œuf – 4 tasses de lait – 1 c. à thé de sel – 1 pincée de poivre – 1 c. à thé de moutarde – 1 c. à soupe de sauce Worcestershire – 1 oignon haché – 700 g de bœuf haché.

Mélangez le tout et faites cuire 1 heure à 225° .

ILS N’EN VEULENT PAS…

Je ne saurais trop vous conseiller de visiter le site kellogg. Vous y trouverez beaucoup de recettes pour finir les fonds de boîtes….de céréales.

ET BIEN SÛR, QUE DU BON…

Apports pour 30 g + 125 ml de lait :

Glucides 31g
Lipides 2,2g
Fibres Alimentaires 0,8 g
Sodium 0,4 g
Niacine 4,6 mg
V B6, B2, B1, B12
Fer 2,4 mg
Calcium 150 mg

En guise de conclusion, ne vous privez surtout pas d’une nourriture si simple et si complète…
En plus, avis très perso, je trouve la boîte plutôt sympa… fait facilement déco dans la cuisine !

Allez bon ap’ les p’tits loups